Resource Logo
AFP French

Le Sidaction 2012 en baisse par rapport à 2011, le "110" reste ouvert




 

PARIS, 2 avr 2012 (AFP) - Le Sidaction 2012, commencé vendredi et qui a
pris fin dimanche soir, a franchi la barre des 4 millions d'euros (4,2
millions) de promesses de dons au profit de la recherche contre le sida, selon
les organisateurs, soit 1,1 million de moins qu'en 2011.

"C'est un simple retard" a indiqué un responsable du Sidaction à l'AFP.
"Les dons sont stables depuis trois ans, les donateurs partent aussi en
week-end, et ils peuvent continuer à donner", a-t-il ajouté en assurant être
confiant qu'il y aurait un "rattrapage" et que la baisse n'atteindrait pas les
10%.

A 17h00, alors que le compteur du Sidaction 2012, accusait une baisse
d'environ 10% par rapport à 2011, François Dupré, directeur général du
Sidaction, avit déclaré à l'AFP espèrer "une remobilisation des donateurs en
fin de week-end pour atteindre le niveau de l'an dernier, ou en tout cas s'en
rapprocher". Il avait également pointé  "une période d'instabilité au niveau
économique et en général".

Le compteur des promesses de dons tournait jusqu'à minuit dimanche, mais on
pourra continuer à donner jusqu'au 11 avril.

On peut donner par téléphone au 110, numéro gratuit, mais aussi en ligne
(www.sidaction.org), ou par SMS en envoyant le mot "DON" au 33.000.

"L'argent du Sidaction est utilisé directement sur l'action. De manière
très concrète, une baisse des dons se traduirait par des arbitrages sur des
programmes", a expliqué François Dupré.

L'association consacre la moitié des fonds nets collectés aux programmes
scientifiques et médicaux, et la moitié aux programmes de prévention et d'aide
aux malades.

L'argent collecté l'année dernière a notamment permis de financer les
travaux de 99 jeunes chercheurs pour un montant de près de 3 millions et de
permettre à plus de 35.000 personnes d'avoir accès à des traitements.

Temps fort de sensibilisation du grand public et de prévention, le
Sidaction, qui existe depuis 1994, avait pour slogan cette année : "Ensemble,
vous n'imaginez pas le pouvoir que nous avons", les organisateurs souhaitant
rappeler que le sida "est l'affaire de tous".

150.000 personnes vivent avec le VIH en France

L'opération a été relayée par 14 chaînes de télévision et 3 radios. "Un
clip de remerciement", auquel ont participé 67 animateurs, a clôturé
l'événement médiatique dimanche en fin de soirée.

Le coup d'envoi avait été donné vendredi soir à la télévision par une
édition spéciale de l'émission de TF1 "Qui veut gagner des millions?". Les
artistes avaient réuni 193.500 euros au profit de l'opération.

Samedi soir France 2 a pris le relais avec une émission spéciale à 20h35,
"Les stars chantent la tête dans les étoiles", animée par Stéphane Bern, en
présence notamment de Sophie Essaidi, Thomas Dutronc, Jean-Louis Aubert,
Christophe Willem.

Sur le terrain, plus de 300 animations ont été organisées tout le week-end
dans de nombreuses villes de France.

Villefranche-sur-Saône (Rhône) a ainsi organisé des mini tournois de
football dans la maison d'arrêt avec la participation des détenus et gardiens,
tandis que le personnel médical tenait des stands d'informations sur le sida.

34 millions de personnes vivent avec le virus du sida (VIH) dans le monde
et chaque jour la maladie emporte 5.000 personnes.

En France, 150.000 personnes vivent avec le VIH et plus de 6.000 découvrent
leur séropositivité chaque année. Parmi eux, 12% ont moins de 25 ans et 18%
plus de 50 ans.

Grâce à l'efficacité des trithérapies, l'infection par le VIH est devenue
une maladie chronique pour ceux qui bénéficient des traitements. Mais il est
toujours impossible d'en guérir et d'éradiquer le virus dans l'organisme. On
est aussi toujours en attente d'un vaccin.




 




Information in this article was accurate in April 2, 2012. The state of the art may have changed since the publication date. This material is designed to support, not replace, the relationship that exists between you and your doctor. Always discuss treatment options with a doctor who specializes in treating HIV.