translation agency

AFP French
La thalidomide, un médicament de triste mémoire (ENCADRE)
<p>Staff Writer</p>
September 1, 2012

PARIS, 01 sept 2012 (AFP) - Médicament de triste mémoire, prescrit aux femmes enceintes à la fin des années 50 et au début des années 60 pour soulager les nausées, la thalidomide a défrayé la chronique en causant des ravages irréversibles sur le développement du foetus.

On estime généralement entre 10.000 et 20.000 le nombre total des victimes de ce médicament qui sont nés avec des segments de bras ou de jambes manquants, des mains ou des pieds directement rattachés au tronc.

50 ans après, ils viennent de recevoir les excuses de la firme allemande Grunenthal qui produisait la thalidomide. Le directeur exécutif de la firme, Harald Stock, a déclaré dans un discours vendredi que son entreprise était "vraiment désolée" pour son silence.

Présenté à l'origine comme "un merveilleux sédatif" d'une totale inocuité, la thalidomide fut commercialisée à partir de 1956 par Chemie Grunenthal, dans une quarantaine de pays, principalement en Allemagne et en Grande-Bretagne, mais également au Japon et au Canada. Les Etats-Unis et la France ont en revanche été largement épargnés, le médicament n'ayant pas été autorisé aux Etats-Unis tandis que le feu vert ne fut donné en France qu'en décembre 1961 et remis en cause aussitôt.

Après la découverte d'effets délétères sur le développement humain avec une forte augmentation du nombre de bébés naissant "amputés" de bras et de jambes, la thalidomide fut retirée du marché fin 1961 en Allemagne et en Grande-Bretagne, mais continua à être donnée aux femmes enceintes au Canada jusqu'en août 1962, au Japon jusqu'en septembre 1962 et en Belgique jusqu'en décembre 1962.

Au niveau mondial, la thalidomide fut commercialisée sous de nombreuses marques (Softénon, Talimol, Contergan...).

Après ce scandale, les exigences préalables à la commercialisation des médicaments ont été renforcées ou instituées, selon les pays.

Aujourd'hui la thalidomide est de nouveau utilisée de façon très contrôlée pour ses propriétés originales, en particulier au niveau du système immunitaire.

Des études ont également démontré son efficacité dans le traitement de la lèpre, du lupus érythémateux et d'une forme rare de cancer de la moëlle osseuse, le myélome multiple, pour laquelle elle a reçu une autorisation de mise sur le marché (AMM) européenne en 2008.

La thalidomide est aussi utilisée dans le traitement de maladies inflammatoires, comme la maladie de Crohn (maladie intestinale), et pour quelques affections dermatologiques (aphtose sévère, notamment celles survenant lors de l'infection par le virus du sida). Mais en raison du danger très élevé de malformations, elle ne doit en aucun cas être utilisé chez la femme enceinte.



www.aegis.org